Le parler d'ici

Publié le 22 décembre 2020,


Autrefois parlé par nos ancêtres, le patois savoyard n’a pas perdu de son charme.
Nous vous avons sélectionné quelques dictons pour voyager dans le temps grâce aux mots.

Attention à la lecture, car c’est aussi un excellent exercice de diction !
 
Adieu (ou bonzhor) : Bonjour
 
A’rvi pâ : Au revoir
 
Gran maci : Merci
 
La Yaute : La Haute-savoie
 
La balme : La grotte
 
La rioule : La fête (faire la rioule)
 
L’aulp : L’alpage
 
Les praz : Les prés
 
Une tartifle : Une pomme de terre



 


Le tablô d’la natura e tojhor brâvo.

Le spectacle de la nature est toujours beau.
 
Tote lé flor an leu chinbon.
Toutes les fleurs ont leur parfum.
 
La natura pér jamé sou drê.
La nature ne perd jamais ses droits.
 
Tô lou çhmin an d’pire.
 Tous les chemins ont des pierres.
 
 P’yôta e la montanye, pe corta e l’érba.
Plus haute est la montagne, plus courte est l’herbe.
 
 Pâ d’montanye sin valé.
Pas de montagne sans vallée.
 
Y’a k’lé montanye ke s’rincontran pâ.
Il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas.
 
Pâ d’corti sin môvéze érbe.
Pas de jardin sans mauvaises herbes.



 


L’jhor a d’zu, la né a d’orlye.

Le jour a des yeux, la nuit a des oreilles.
 
Mon pe brâvo jjor y’e sé ke m’éclyère.
Mon plus beau jour est celui qui m’éclaire.
 
Tota lmire a son ambra.
Toute lumière a son ombre.


Dman i fara jhor.
Demain il fera jour.



 

Pèyi d’nessinse, pèyi d’plézinse.

Pays de naissance, pays de plaisance.
 
S’vou voli étre conyu sin conyétre, résta dien on vlajho.
Si vous voulez être connu sans connaître, vivez dans un village.
 
S’vou voli conyétre sin étre conyu, réstâ in vela.
Si vous voulez connaître sans être connu, vivez à la ville.
 
Oblâ d’yeu on vin, y’e étre on nan sin sorsa, on ârbro sin racine.
Oublier d’où l’on vient, c’est être un ruisseau sans source, un arbre sans racine.



 

Mârçhe d’apré la lanjeu d’ton pa.

Marche selon la longueur de ton pas.
 
 Lé pire fan partia du çhmin.
Les pierres font partie du chemin.
 
Fô alâ plan pe-r alâ lvin.
Il faut aller lentement pour aller loin.



 


To l’plézi du jhor dien sa matnâ.

Tout le plaisir du jour est dans sa matinée.
 
 Sé ke s’live pâ avouë l’çheudë profite pâ d’sa jhornâ.

Celui qui ne se lève pas avec le soleil ne jouit pas de la journée.
 
Sé k’pér sa matnâ pér lou trè-kar d’sa jhornâ.
Celui qui perd sa matinée perd les trois-quarts de sa journée.
 
Lou pe bravô lindman rindan pâ la velye.
Les plus beaux lendemains ne rendent pas la veille.
 
L’ômo fâ pâ avansi l’tin, y’e l’tin k’fâ avansi l’omo.
L’homme ne fait pas avancer le temps, c’est le temps qui fait avancer l’homme.
 
To l’mando a l’eura, mé nyon a l’tin.
Tout le monde a l’heure, mais personne n’a le temps.
 
A rpetâ « dman » on pér tota sa vya.

A répéter « demain » on perd toute sa vie.



 

Matnâ a forta rozâ, tan-néro in fin d’jhornâ.
Matinée à forte rosée, tonnerre en fin de journée.
 
Tan-néro d’mijhor améne la plojhe.
Tonnerre de midi amène la pluie.
 
Ptita plojhe inpaçhe groussa tinpéta.
Petite pluie empêche grosse tempête.
 
La matnâ fâ l’tin d’la jhornâ.
Le matin fait le temps de la journée.
 
Kan lé montanye san lvin e troble, y’e sinye d’byô tin.
Quand les montagnes sont lointaines et floues, c’est signe de beau temps.
 
Kan lé montanye nou sinblan pré, y’e sinye d’môvé tin.

Quand les montagnes nous semblent près, c’est signe de pluie.
 
Kan lé cvaçhe san cucha tote du mémo flan, i fara môvé.
Quand les vaches sont couchées toutes du même côté, il fera mauvais.
 
Arandale volan yô, l’tin sara byô.
Hirondelle volant haut, le temps sera beau.
 
Arandale volan ba, binstou i plovra.
Hirodelle volant bas, bientôt il pleuvra.
 
Se plindre du tin y’e pérdre son tin.
Se plaindre du temps, c’est perdre son temps.
 
Se louz ârbro réstan in-nyelâ, y’in vindra onco.
Si les arbres restent couverts de neige, il en tombera encore.



 

Avri molya fâ më folya.

Avril mouillé fait mai feuillé.
 
Avri fâ la flor, më in-a l’onor.
Avril fait la fleur, mai en a l’honneur.
 
Më o join aménan la palye e l’fin.

Mai et juin amènent la paille et le foin.
 
Atan d’nyole u më d’oûr, atan d’nê u mê d’avri.
Autant de nuages au mois d’août, autant de neige au mois d’avril.
 
Join frê e plevyeu, to l’an sara grincheu.
Juin froid et pluvieux, tout l’an sera grincheux.
 
Koui in join s’pourte nien, é tin çho é crindra rin.
 Qui en juin se porte bien, au temps chaud ne craindra rien.
 
U mê d’juiyë, pâ d’véste, pâ d’corsë.
Au mois de juillet, ni veste, ni corset.
 
Juiyë sin z’orajho, fa-mna u vlajho.
Juillet sans orage, famine au village.
 
Juiyë plovyeu, mê d’aour ireu.
Juillet pluvieux, mois d’août heureux.
 
Sin-Lorin (le 10/8) partajhe le çhotin pe l’mètin.
Saint-Laurent (le 10/8) partage l’été par le milieu.
 
Septimbro byô fâ l’vin çhô.
Septembre beau fait le vin chaud.



 
 
(extraits de : LES DICTONS-Collection des Amis du Val de Thônes No 25.
Dictons traduits par Ida Mermillod dans le langage savoyard des Villards-sur-Thônes)



 

Nous vous suggérons également

Du samedi 19 décembre 2020 au samedi 01 mai 2021

Vous recherchez un logement à La Clusaz et préférez réserver directement auprès d'un propriétaire particulier pour vous garantir un bon rapport qualité / prix  ?

Du samedi 23 janvier au dimanche 07 mars 2021

Ne vous mentez pas, vous en avez besoin ! Et puis, ces vacances en famille à La Clusaz vous les avez mérités après cette année plus que compliquée… Plus d’hésitation, La Clusaz, sa place de l'Eglise avec son clocher, ses commerces, ses sapins enneigés, ses pistes de luge, de ski de fond ou ski de rando, est le lieu idéal pour vous retrouver en famille ou entre amis. C’est sûr, cette année, vous allez profiter !  
Dernière mise à jour : le 25/01/2021 à 10h00. En attendant plus d'informations du gouvernement concernant l'ouverture des remontées mécaniques, La Clusaz vous propose diverses activités et animations (dans le respect des règles sanitaires en vigueur, bien-sûr...).   ACTIVIT...