Ben Buratti, I believe I can fly

Publié le 16 octobre 2020,




 

 Le confinement a été une dure épreuve pour tout le monde. Comment as-tu vécu cette période particulière ?

Oui, c’est vrai ! Le confinement a été une période très étrange. La saison s’est arrêtée brutalement, au meilleur moment. J’étais vraiment déçu de stopper le ski du jour au lendemain. J’avais plein de projets en cours : des compétitions, des vidéos… Mais j’ai eu la chance de vivre cette période singulière avec ma copine avec qui j’ai pu partager plein de moments. Honnêtement, ça m’a permis aussi de faire un vrai break, de me reposer et ainsi, faire le point sur ma carrière de freestyler professionnel.


Juste après le confinement, tu as travaillé pendant 10 jours non-stop sur le Massif de Balme, encore recouvert de neige. Quel est ce projet ?

Pendant un mois, enfermé à la maison, j’ai eu beaucoup de temps pour réfléchir à cette crise sanitaire qui a touché le monde entier et à comment elle m’avait affectée en tant qu’habitant de la montagne, en tant que skieur. Je voulais transmettre et partager quelque chose autour de ça. Avec Sandy Collet, on a décidé de réaliser un film qui exprime ma solitude post-confinement. On a travaillé d’arrache-pied avec une équipe étonnante : producteur, cameraman, shaper, etc. L’ambiance sur le tournage était fantastique et je pense que le film le sera aussi ! (rires). Vous pourrez le découvrir dans les festivals à l’automne 2020.
 

Est-ce que tu as des projets pour l’hiver prochain ? Lesquels ?

Concernant l’hiver prochain, je suis toujours sur le circuit de la Coupe du Monde de ski freestyle, avec comme objectif principal de décrocher une Wild Card pour les prochains « Winter X-Games ». Et j’ai surtout en point de mire une qualification pour les Jeux Olympiques d’hiver en 2022 ! Je continuerai aussi mes projets vidéo. Nous allons réfléchir à un concept original pour le mois d’avril 2020 avec la même équipe que cette année. Il y a une telle énergie avec ces gars ! Et bien entendu, je vais continuer de produire du contenu et créer des liens avec ma communauté sur les réseaux sociaux. Bref, je ne vais pas m’ennuyer.
 

Pourquoi est-ce que tu aimes skier à La Clusaz ?

J’adore rider ici car il y a vraiment de tout ! Tu peux faire du ski le matin en mode « Back Country » sur le Massif de Balme ou de l’Étale, et ensuite aller t’entraîner sur les nombreux modules du Snowpark l’après-midi. Un terrain de jeux incroyable et varié ! Et quand je skie à La Clusaz, je ne suis jamais seul. Mes amis sont toujours présents pour aller filmer, ou juste partager un moment en montagne, tous ensemble.
 Meilleur(s) spot(s) à La Clusaz :

  • Pour rider : Massif de Balme
  • Pour manger : La Scierie
  • Pour boire un verre : La Scierie aussi !

Après 2 mois de confinement, Ben Buratti, jeune skieur français, avait besoin de savoir de quoi il était capable. Pour ça il a choisi sa station de coeur où il a grandit : La Clusaz. Quel skieur ne rêve pas de se retrouver seul dans ses montagne ? Du bonheur qui procure beaucoup d’émotion, mais qui fait également soulever beaucoup de question.


Et comme on ne veut pas vous faire attendre plus longtemps,
nous vous donnons rendez-vous pour les Avant-Premières de La Clusaz du 11 au 25 Novembre 2020
pour découvrir avant tout le monde, et pour 48h seulement, de nombreux films de freeski ! ❄️

   

Nous vous suggérons également

Publié le 20 octobre 2020
DU 11 AU 25 NOVEMBRE 2020  
Publié le 9 septembre 2019
Né en Haute-Savoie, Benoît Buratti se frotte au ski de bosses dès ses 9 ans, âge qui marque ses débuts en ski freestyle. À 12 ans, il décide de se tourner vers le slopestyle et évolue rapidement jusqu’en 2014 où il rejoint le Club des sports de La Clusaz. Entrainements, dé...